( 18 février, 2015 )

René Guy Cadou (1920-1951)

Né et mort dans une école, cet instituteur vécut toute sa vie entre Loire et Océan. Parmi trente- trois plaquettes de vers, loin des modes et des consignes, s’imposent Hélène ou le règne végétal et le très beau chant de Nocturne.

René Guy Cadou (1920-1951) Rene-Guy-Cadou

 

« Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ? »

- Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ? 
- Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys ! 

- Les rives de la Seine ont aussi leurs fleuristes 
- Mais pas assez tristes oh ! pas assez tristes ! 

Je suis malade du vert des feuilles et des chevaux 
Des servantes bousculées dans les remises du château 

- Mais les rues de Paris ont aussi leurs servantes 
- Que le diable tente ! que le diable tente ! 

Mais moi seul dans la grande nuit mouillée 
L’odeur des lys et la campagne agenouillée 

Cette amère montée du sol qui m’environne 
Le désespoir et le bonheur de ne plaire à personne 

- Tu périras d’oubli et dévoré d’orgueil 
- Oui mais l’odeur des lys la liberté des feuilles ! 

 

C’est un merveilleux poème. 

Pas de commentaires à “ René Guy Cadou (1920-1951) ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|